La Belgique obtient un bureau de cannabis

Le gouvernement crée un bureau national du cannabis. Cette agence a légalisé la culture du cannabis médicinal. "C'est un premier pas."

plantation de herbe en belgique

Les partis majoritaires CD & V, Open VLD, le MR et les partis d'opposition PS, CDH et Groen ont approuvé la création d'un bureau gouvernemental pour la culture du cannabis médicinal au sein du comité parlementaire sur la santé.

 

La N-VA s'est abstenue.

 


L’agence du cannabis sera l’organisme gouvernemental chargé de la production légale de cannabis à usage médical, avec une concentration constante de produit actif et des ratios stables et familiers des principaux ingrédients actifs, le CBD et le THC enivrant. Ce cannabis médicinal peut aider dans le futur à contrôler la douleur, les crampes musculaires et les contractions musculaires dans la SEP, ou à éliminer les nausées et la perte d’appétit lors d’un traitement de chimiothérapie.

 

"Cet amendement est nécessaire pour que le cannabis médicinal soit légalement disponible pour les patients et répond à l'évolution mondiale qui démontre scientifiquement que le cannabis peut avoir des effets médicinaux positifs", déclare Nele Lijnen de Open VLD. «C’est une première étape.» Elle a présenté le projet de loi en tant qu’amendement à un autre projet de loi sur l’AFMPS. "C'est comme ça qu'on a gagné du temps."

 

FAGG

 

L'agence du cannabis deviendra un département distinct au sein de l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS). Cet établissement accordera au gouvernement le monopole total sur la production, le commerce ainsi que sur l'importation et l'exportation de cannabis à usage médical. La Belgique suit ainsi une tendance internationale, à l'exemple de l'Office néerlandais du cannabis médicinal (BMC).

 

Appel d'offres

 

Après la création du bureau du cannabis, un appel d'offres ouvert pour la culture d'une certaine quantité de cannabis a été annoncé par l'AFMPS. "Certains producteurs sont autorisés à cultiver du cannabis dans des zones désignées." L'agence achèterait la totalité de la récolte, puis la distribuerait ou l'exporterait.

 

La récolte peut servir de matière première pour la production de médicaments sous licence, mais aussi de base pour la recherche scientifique. Puisqu'il n'y a pas encore de médicaments, des recherches sont en cours.

 

"Une agence de cannabis est un premier pas", a déclaré précédemment le député de CD & V, Els Van Hoof. "De cette façon, nous pouvons tester cliniquement le cannabis médical et mener des recherches sur les effets secondaires."

 

Il n’est pas question de libéralisation du marché. "Ce n'est pas un problème ni souhaitable", déclare le cabinet de la ministre de la Santé, Maggie De Block (Open VLD). Si le bureau du cannabis arrive, il y a déjà une start-up qui a hâte de partir. Rendocan à Kinrooi vise à produire cinq tonnes de cannabis à des fins médicales par an. L'entreprise vise 150 à 250 emplois. Une entreprise flamande de l'ouest a déjà un projet en préparation.

source: http://www.standaard.be